#EnMarcheBE

En finir avec la culture de "La porte fermée"

Sophie Dutordoir, la nouvelle administratrice déléguée de la SNCB, a souligné les énormes problèmes liés à la culture d'entreprise de l'orgnisation, qui bloque sa capacité à réagir aux enjeux des défis modernes ainsi qu'à optimiser l'utilisation des deniers publics.


Jean-Yves Huwart - Fondateur Entrepreneur, blogueur, orateur, auteur ayant pratiqué le journalisme Dimanche, 29 Octobre 2017
Partager

"La culture de la porte fermée" rend le pilotage de l'entreprise totalement dépendant d'une poignée d'individus uniquement présents en raison de leur rang hiérarchique ou d'un statut "institutionnel" , comme professeur d'université, mandataire, etc. "La SNCB est caractérisée par une "trop forte hiérarchie avec des silos internes déconnectés les uns des autres", une "culture de l'écrit qui prime sur le dialogue" ou encore "une culture de 'faire plus de la même chose'". Donc, pas de dialogue, peu d'idées neuves, pas de dynamique de transformation. https://www.rtbf.be/info/societe/deta...

Ce problème culturel n'est pas propre à la SNCB. Elle caractérise le foncitonnement pyramidal et dépassé de nombre d'organisations publiques en Belgique francophone. Les difficultés de modernisation et de gouvernance de la société bruxelloise et wallonne sont en grande partie liée à cette culture fermée et du statut que continuent d'entretenir une grande partie des élites belges francophones. Nous prônons le changement culturel chez En-Marche.BE

A lire également

Chaque soutien compte

Vous voulez passer à l'action sans savoir comment faire ?
Deux possibilités s'offrent à vous: