#EnMarcheBE

Naissance du mouvement En-Marche.BE

En-Marche.BE est un mouvement politique citoyen nouveau visant à tranformer la société belge francophone en société d'opportunités, capable de relever les défis de l'économie ouverte et connectée du 21ème siècle.


Actualité Lundi, 01 Mai 2017
Partager

Le nom En-Marche.BE vise à marquer sa proximité de pensée et d'approche avec le mouvement En Marche ! lancé par Emmanuel Macron, en France, proximité à la fois sur les plans du mode d'organisation, des principes et des approches programmatiques.

En-Marche.BE n'en est pas moins un mouvement totalement indépendant. S'il se rapproche sur le plan des idées de sa source d'inspiration française, En-Marche.BE n'a pas d'attache formelle avec celui-ci.

Les raisons de la naissance d'En-Marche.BE sont multiples.

Mentionnons-en quelques unes :

Ce lancement répond d'abord au constat d'essoufflement et d'échec du modèle des partis traditionnels classiques.

En Belgique francophone comme dans beaucoup de pays européens, ces derniers sont devenus des machines à servir leur intérêt propre avant l'intérêt général.

Il est aujourd'hui nécessaire de laisser s'exprimer les aspirations populaires à travers de nouvelles formes d'organisation, plus ouvertes, plus réactives et plus responsables. La politique ne doit plus être le monopole des individus qui font profession de leur mandat, dans une perspective de carrière. Elle doit être conduite par des citoyens prêts à s'investir pour une durée donnée. 

Le lancement de EnMarche.BE répond ensuite la volonté de s'inscrire dans un cadre régional qui s'assume, couvrant les territoires de Bruxelles et de la Wallonie sur une base unie et cohérente.

Le manque d'efficacité des politiques menées en Belgique francophone ces trente dernières années reste en grande partie le résultat de l'émiettement des responsabilités entre les bastions proviciaux, d'une part, les anciennes chapelles idéologiques, d'autre part, qui ne pensent qu'à se neutraliser. Tant à Bruxelles qu'en Wallonie, les intérêts sous-localistes et/ou particuliers priment depuis trop longtemps sur l'intérêt général de l'ensemble des Belges francophones. A ce jour, l'expression d'intérêt régional et communautaire cohérent n'a jamais vraiment réussi à s'imposer par lui-même. Au mieux, il est le fruit de consensus laborieux et minimalistes entre groupes d'intérêts parfois internes aux mouvements politiques eux-mêmes. Les politiques économiques, sociales et culturelles ne sont dès lors que des plus petits communs dénominateurs. Elles ne sont que trop rarement le résultat de réflexions collectives globales, posées sur le long terme, pilotées correctement, dotées d'échéances et d'instruments de mesure clairs. 

Faute d'un modèle de cohésion sur un devenir régional pourtant confié par la constitution aux entités fédérées, les indicateurs économiques de la Wallonie et de Bruxelles n'ont cessé de se dégrader au cours des dernières générations, jusqu'à récemment.

C'est une troisième raison du lancement du mouvement En-Marche.BE en Belgique francophone : corriger le manque de méthode et d'impact des politiques publiques menées en Wallonie et à Bruxelles depuis des décennies.

Après dix-huit ans de Contrat d'Avenir pour la Wallonie, douze ans de plan Marshall, l'économie wallonne continue de s'enfoncer. Entre 2003 et 2014, la richesse produite par habitant a chuté de 3% par rapport à la moyenne européenne. En douze ans, le taux d'emploi de 56,3% montre à peine quelques signes de frémissement. Quant aux performances de l'enseignement belge francophone, les moyennes sont catastrophiques : recul en 2015 du sud du pays à la 35e position du classement des pays industrialisés...

Faute de vision claire et, encore une fois, de méthodes modernes qui ouvrent le jeu au delà des traditionnels interlocuteurs institutionnels, une classe politique fatiguée et inamovible met en place des réformes trop justes, éclatées, sans imagination, dépassée et, surtout, sans résultats d'ampleur car le plus souvent démunies de dynamiques transversales.

En-Marche.BE veut dès lors une transformation radicale du mode de fonctionnement de l'administration et des opérateurs publics en Wallonie et à Bruxelles.Le mouvement veut, par exemple, en finir avec les cabinets ministériels tels qu'ils existent aujourd'hui, dont le mode de fonctionnement fermé explique un grand nombre des goulots de décision en sud du pays. De taille réduite, les cabinets ministériels devront se limiter à définir le cadre général des politiques à adopter et jouer le rôle de coordinateur. Les questions de mise en oeuvre doivent être déléguées aux administrations et opérateurs comptétents. Les fonctionnaires doivent être respectés et  responsabilisés, encouragés à travailler en équipe et à être mobiles.

Simultanément, En-Marche.BE entend favoriser une digitalisation maximale de l'appareil public en s'appuyant sur l'état de l'art mondial en matière tant de fonctionnalité que d'ergonomie des interfaces. Ce processus doit être conduit par des professionnels aguéris, formés au moins en partie à l'étanger.

L'administration doit devenir une plate-forme de facilitation pour les citoyens, organisations et entreprises actives en Wallonie et à Bruxelles. Les pratiques de gouvernement ouvertes, les logiques de co-création , les données disponibless (open data) doivent devenir la norme et l'obsession positive des responsables publics. La culture du management horizontal au sein des départements également, afin de favoriser l'agilité de fonctionnement et permettre aux fonctionnaires qui le souhaitent de prendre de nouvelles initiatives et de mieux exprimer leurs talents. 

De façon plus fondamentale, sur le plan sociétal, En-Marche.BE milite pour une société d'opportunités, au sein de laquelle l'entrepreneuriat apparaît comme une option naturelle pour tout individu et où le sentiment d'impasse ne s'impose pas aux personnes, jeunes ou plus âgées, salariés malheureux ou travailleurs à faible qualification.

 Le travail, la justice et l'égalité des chances doivent être des principes cardinaux. A ce titre, le système éducatif doit muter en profondeur pour correspondre à la réalité d'une information hyper-abondante qu'il s'agit de transformer en connaissance, cela en laissant plus de liberté et en faisant davantage confiance au corps enseignant.

Ces axes, et bien d'autres, En-Marche.BE entend les défendre et les porter également au niveau européen.

Radicalement européen, le mouvement veut que le mode de fonctionnement de l'Union européenne adopte pleinement les logiques participatives et ouvertes du modèle de gouvernement ouvert, dans lequel les lobbies ne sont plus les seuls à pouvoir se permettre d'influer les décideurs et où la transparence des débats et réflexion est totale. En-Marche.BE s'alliera avec tous les mouvements en Europe soucieux de mener cette transformation indispensable du fonctionnement des institutions européennes. Le mouvement mènera ce combat commun à l'échelle de l'Union dans le cadre de l'instauration d'une démocratie européenne au contact direct des citoyens.

A lire également

Chaque soutien compte

Vous voulez passer à l'action sans savoir comment faire ?
Deux possibilités s'offrent à vous: