#EnMarcheBE

Nos Propositions

Nos premières propositions à débattre

Economie

  1. Remplacer le plan Marshall et la logique des plans verticaux et compartimentés, inadaptés aux dynamiques modernes
  2. Démocratiser davantage la concertation sociale (en autorisant la participation de nouveaux acteurs représentatifs et l'organisation de référendums d'entreprise)
  3. Instaurer un système de couverture chômage pour tous (filet de sécurité)
  4. Déterminer une stratégie robuste pour mettre fin à l'appauvrissement continu des ménages bruxellois

Gouvernance

  1. Instaurer une limitation de 2 mandats électifs consécutifs maximum au même niveau de pouvoir (pour une plus grande mobilité entre politique et société civile)
  2. Instaurer le décumul intégral des mandats électifs (pour éviter les conflits d'intérêts)
  3. Promouvoir la culture de l'évaluation collective et de la mobilité dans le secteur public
  4. Régionaliser l'essentiel des compétences des communes bruxelloises et créer un zone de police unique

Développement durable

  1. Promouvoir la logique des circuits courts à tous les niveaux (y compris en matière d'énergie, pour la production individuelle d'énergie verte, micro-grids)
  2. Transformer jusqu'à 10% du territoire wallon en zones naturelles protégées
  3. Stopper l'étalement urbain en Wallonie

Aide à la personne

  1. Promouvoir la santé numérisée et personnaliser la prévention (vers un suivi de proximité)
  2. Encourager la mise en place des principes de l'entrepreneuriat social dans tous les domaines du non-marchand (garder l'humanisme sans renier la performance)

Education/Enseignement

  1. Articuler la numérisation des parcours scolaires (pour un libre accès au savoir) et l'accompagnement personnalisé (pour un suivi selon les besoins)
  2. Mettre en place la mobilité la plus efficace possible pour les enseignants tous réseaux confondus, tout en augmentant significativement l'autonomie des établissements

Autres champs d'action en discussion

Vu notre optique de débats, le travail thématique est toujours en cours et loin d'être achevé mais les premiers échanges nous ont amené à de premières réflexions dans divers domaines dont voici quelques exemples.

Bruxelles - Wallonie doit s'assumer comme une véritable fédération

Le projet En-Marche.BE reconnaît la réalité fédérale de la Belgique. Le cadre de référence est l'entité bi-régionale Bruxelles-Wallonie, un ensemble semi-autonome qui porte son destin intégralement entre ses mains. Autrement dit, l'ensemble Bruxelle-Wallonie doit se concevoir et fonctionner comme une véritable fédération. A ce titre les institutions gouvernementales Bruxelloise et Wallonne doivent raisonner et agir premièrement en fonction de l'intérêt général de leur population.

La démocratie Bruxello-wallonne doit arrêter de se voir comme une somme d'intérêts diffus, démunie de vision claire sur qui elle est et ce à quoi elle aspire sur le long terme. La Belgique francophone doit bâtir un projet ambitieux et efficace pour elle-même et pour les autres projets politiques plus vastes dans lesquels elle s'inscrit.


Une assiette taxable globalisée

En-Marche.Be veut une fiscalité plus juste et mieux répartie. Le mouvement entend notamment explorer la possibilité de globaliser la base taxable pour le calcul des taux d'imposition afin de pouvoir notamment réduire la fiscalité sur le travail. Il entend également réduire les prélèvements sur les entreprises ayant l'objectif d'investir dans leur évolution.


Enseignement : autonomisation des établissements, pédagogie modernisée, professeurs respecté

Pour le mouvement, il est impératif d'adapter en profondeur l'organisation, les méthodes et approches des mondes de l'éducation et de la formation afin de permettre à ces derniers de continuer à jouer leur rôle essentiel face à des besoins sans cesse nouveaux et mouvants. L'apprentissage en alternance, en situation réelle d'emploi, doit également devenir la norme dans toutes les strates de l'Enseignement, du secondaire jusqu'à l'universitaire.


Fonctionnement de l'Etat : transversalité généralisée grâce à OPEN DATA/GOV, les fonctionnaires évalués par équipe, sur capacités à collaborer

En-Marche.BE veut une fonction publique digitalisée et à la pointe des pratiques en matière de gouvernement ouvert et numérisé (Open Gov, Open Data, Collective Data et autres). Cette transformation va de pair avec une modification en profondeur de l'organisation de la fonction publique, grâce au décloisonnement naturel qu'entraîne la mise en oeuvre des principes de l'Open Gov et de l'Open Data. Ceci inclut l'instauration de système d'évaluation des fonctionnaires modernisés, basé notamment sur la performance des équipes ainsi que la démonstration des capacités de collaborer avec les tiers en vue de la recherche du bien collectif.


Une société où la croyance religieuse relève de la sphère privée

En-Marche.BE entend assurer que les citoyens de Belgique francophone vivent dans une société laïque (principe de séparation dans l'État de la société civile et de la société religieuse) et sécurisée, en interne comme à l'international.


Prendre en compte l'impact économique des discriminations

Les discrimations (en raison du sexe, de l'origine ou des capacités physiques des personnes) sont une réalité intolérable qui perdure dans notre société. Au delà des considérations morales légitimes qu'il convient de prendre compte, les discriminations coûtent très cher à notre société, car elles laissent sur le carreau une partie des talents et de la force productive de la Belgique francophone.

Combattre les discriminations qui limitent le respect du principe de l'égalité des chances, priorité d'En-Marche.BE, commence par mieux identifier et documenter les cas spécifiques, afin d'améliorer la prise en compte de situations particulières, évaluer leur impact, et, le cas échéant, prendre des mesures d'ajustement sérieuse, en privilégiant d'abord la sensibilisation positive.

Faire de la Belgique francophone une société d'opportunités

Le mouvement veut créer "une société d'opportunités" en Belgique francophone, en promouvant et en instaurant un cadre qui, grâce au numérique, à la recherche, à l’innovation, à l'évolution des relations de travail et au développement de l’entrepreneuriat, permette une mobilité économique et sociale maximale. En-Marche.BE veut libérer les carcans et les blocages. La "société d'opportunités" est aussi, à ce titre, protectrice des plus faibles.


Une approche scientifique, mesurable de l'action publique, basée sur des évaluations et des ajustements réguliers

En-Marche.BE est déterminé à imposer un modèle de gouvernance plus transparent et responsable, dans lequel les mandataires sont soumis à l'obligation d'engager leurs promesses sur des échéances de résultat, de recourir à des outils de mesure clairs et traçables.


Partenaires sociaux : chacun sa place et son rôle

En-Marche.BE veut démocratiser le modèle de concertation "à la belge", en ouvrant le champ des acteurs de la participation aux grandes décisions publiques et en ne le limitant plus à un monopole d'organisations désignées "à vie". Le mouvement veut par ailleurs faire tomber les tabous belges francophones et garantir la mise en place de processus de décision plus rapides. Le rôle des partenaires sociaux n'est pas de concevoir ni de piloter les politique publiques. Ce rôle revient aux élus et à l'Etat. Au niveau du secteur privé, En-Marche.BE veut autoriser le recours aux systèmes de consultation d'entreprise interne, à vote secret.

Le mouvement souhaite par ailleurs faire en sorte que la conduite des actions de grève retrouvent le chemin des codes de conduite réglementaires, à savoir soumis à l'obligation de préavis et interdisant toute forme de coercition vis-à-vis des tiers (collègues, usagers, citoyens, notamment concernant les entraves d'accès et de circulation). Au niveau patronal, En-Marche.BE veut faire en sorte d'entendre davantage la voie des nouveaux entrepreneurs, afin de tenir compte notamment de l'émergence des modèles économiques plus horizontaux.


Fin de l'étalement urbain, re-dynamisation des centres villes

Les centres villes de Wallonie se meurent tandis que la bétonisation des périphéries et des campagnes se poursuit. En-Marche.BE considère que la stratégie de redynamisation des centres villes et la fin de l'étalement urbain est une question vitale pour la Wallonie. Il rest urgent de redéfinir la politique d'aménagement du territoire dans ce sens, en prenant notamment en compte l'impact positif que peut avoir l'introduction des systèmes de smart mobility, par exemple.


Sécurité, le premier des droits !

Sur les matières socio-économiques, l'approche en matière de défense européenne, de justice, de sécurité, de politique étrangère, notamment, En-Marche.BE s'aligne pour l'heure sur les principes définis par le mouvement En Marche ! en France. La justice et les forces intérieures doivent être renforcés. La défense doit continuer de se moderniser, afin de pouvoir faire face aux nouvelles menaces (cyber, influence idéologique venue de gouvernements hostiles, géo-politiques).


UE : possibilité de mener des consultations populaires européennes

L'Europe est le niveau de pouvoir destiné à prendre de plus en plus de pouvoir dans les années à venir. En-Marche.BE veut participer à la création de propositions politiques à l'échelle européenne en collaboration avec les mouvements issus d'autres Etats-membres.

En-Marche.BE veut proposer la possibilité d'organiser des consultations populaires au niveau de l'ensemble de l'Union européenne. En-Marche.BE veut un rôle accrû pour le Parlement européen ainsi que des systèmes d'évaluation plus transparents en ce qui concerne la rédaction des cahiers des charges pour les projets soutenus notamment par le Feder, avec des systèmes d'évaluation plus clairs et garantissant une meilleure neutralité par rapport aux influences politiques subjectives. 

Chaque soutien compte

Vous voulez passer à l'action sans savoir comment faire ?
Deux possibilités s'offrent à vous: